top of page

La voie du rêve qui permet d’être en amour avec soi-même et avec le monde


Fascinée par le sens caché des images du rêve et par leur décalage troublant avec le réel je me suis très tôt intéressée au langage du rêve et aux symboles archétypaux de l’inconscient collectif. En effet, j'ai appris combien le rêve nous proposait un sens caché du réel pour nous plonger dans les racines du temps des mémoires trans-personnelles et transgénérationnelles.


Il nous fait contacter l’âme du monde, avec un langage et une logique à part.


Il nous fait passer de l’autre côté du miroir, pour découvrir la matrice, comme dans un film de science-fiction dont nous serions le réalisateur, le chef-opérateur, le chef déco, les acteur principaux et même secondaires. Notre inconscient personnel s'exprime de façon instinctive dans le rêve. Il est binaire et bien loin d'être analytique. Freud le définit comme l’expression de nos désirs refoulés, de nos morales et de nos préjugés. C'est pourquoi rêver nous demande du recul pour l'analyser et de ne pas rester collé au premier degré de lecture.


Comme une poupée russe, les strates du rêve et de la connaissance de soi sont vastes et profondes. Ces strates se déposent comme un limon qui se déposerait sur les bords d'un fleuve, sur ce qu'a défini Carl Yung comme l’inconscient collectif. Lui-même relié au grand inconscient archaïque que l'on pourrait définir comme un inconscient organique et vivant puisant ses racines dans des temps immémoriaux d'une connaissance universelle.


Dans nos rêves, nous pouvons donc jouer presque tous les rôles. De plus, nous introjectons dans nos personnages du rêve, les archétypes fondamentaux de la théorie de Carl Yung (fondateur et penseur de la psychologie analytique).

C'est à dire que nous incorporons au moi ou au sur-moi, par un processus inconscient, l'image, le modèle d'une personne.

Ces archétypes fondamentaux que Carl Jung a identifiés comme une séries de parties de nous-même et qui structurent notre esprit sont reconnus comme étant : Le Moi, le Héros, la Persona, l’Enfant, le Parent, le Filou, l’Ombre, l’Anima, l’Animus, (nos pôles féminin et masculin) et le Soi.


Par ailleurs, il faut bien reconnaître que dans l'onirologie (l'étude des rêves) ces différents inconscients : individuel, collectifs et archaïques se transmettent de générations en générations, comme une bibliothèque universelle qui serait à la portée de nous tous, comme une mémoire universelle permettant à chacun.unes d’entrer en contact avec soi et avec le monde.

Autant dire qu'en analysant nos rêves, nous nous offrons un accès royal à la connaissance de nos acquis et de nos conditionnements familiaux, sociétaux aussi bien qu’à notre partie innée, universelle et spirituelle.


Le rêve peut donc nous apporter des résolutions positives et des réponses de résilience. Et tout autant nous conduire vers le dépassement de nos croyances figées et limitantes et de nos mécanismes d'auto- sabotage.

Et enfin dans la lecture de nos cauchemars nous proposer de soigner nos mémoires traumatiques ou post-traumatiques, parfois encore actives voire intactes.


Autant dire que la voie du rêve est un accès privilégié de découverte de Soi et du monde dans l'acceptation de nos potentiels multiples et créateurs.

1 vue0 commentaire

Comments


bottom of page