top of page
Mina.jpg

Mina Jbilou
Conseil en Naturopathie

Son parcours, son expérience

J’ai rejoint le milieu de la santé il y a plus de 15 ans, après un parcours atypique dans l’horlogerie-joaillerie, la parfumerie et le milieu de l’art.

Déléguée santé dans la visite médicale, para-médicale, hospitalière et pharmaceutique, je me suis réorientée vers les médecines alternatives et la phytothérapie ; après une belle et riche expérience terrain auprès du réseau sélectif bio, complétée en 2016 par une formation en naturopathie et médecine énergétique à la FLMNE (Faculté Libre de Médecines Naturelles et d’Ethnomédecine) à Paris.

Conseil en naturopathie auprès des particuliers et professionnels (réseau sélectif bio), j’anime de nombreuses formations sur la phytothérapie et les compléments alimentaires pour les équipes terrain et responsables de rayon bien-être, en magasins bio et en officines.

Pourquoi consulter Mina ?

Pour mon approche holistique de la santé qui a pour objectif la recherche des causes des différents déséquilibres, une meilleure compréhension de soi, de ses forces et fragilités afin de maintenir un bon capital santé, l'adage étant la prévention.

"L’objectif est d’aider le corps à retrouver un équilibre et à le maintenir" !

Foutez-vous la paix !

Dans la quête au mieux être et sur le chemin du développement personnel, et parmi toutes les perspectives, outils et ressorts que peuvent offrir les thérapies d’aujourd’hui, l’individu peut parfois se mettre une pression face à l’injonction “d’aller bien” tout comme s'assujettir à une forme d’injonction au bonheur, à être en pleine forme, en bonne santé, performant dans la vie comme au travail, à l’image de ce que reflètent les profils et la culture du selfie au sein des réseaux sociaux.

Cette “positivité toxique”, tend à censurer toute forme d’émotions négatives qui peut à terme générer un mal-être dans la mesure où l’on ne s’autorise pas à être soi, à s’exprimer sans fard et sans jugement, de la façon la plus intègre et  authentique possible, dans nos moments de fragilité ou de vulnérabilité.

Nous observons aujourd’hui que beaucoup de personnes s’inscrivant dans une démarche thérapeutique ou plus globalement dans le développement personnel, s’imposent consciemment ou non un stress interne comme si cette démarche se devait d’être infaillible.

Aussi, il est bon d’aller vers la connaissance de soi avec un grand esprit d’ouverture, beaucoup d'humilité et un certain détachement, car le chemin peut être plus ou moins long, proportionnellement aux bagages et “fardeaux” que nous avons à poser. La stratégie des petits pas semble ici la plus appropriée.

Entretenir l'idée d’un rigorisme dans l’application des outils, ressorts ou “protocoles” offerts par les thérapies d'aujourd'hui revient à s’inscrire dans une autre forme de  dogme et d’impératifs stériles qui peuvent entretenir des croyances limitantes vis -à -vis de soi-même.

Se mettre ainsi la pression dans la démarche décrite peut s’avérer contre-productif car c’est induire un stress supplémentaire, une tension intérieure que l’on cherche justement à apaiser ou à concilier. L'idée étant d'accéder à une forme de “lâcher-prise” et “d’abandon” (même si ces termes sont aujourd’hui un peu galvaudés) et de parvenir à une conciliation apaisée dans la façon de vivre nos succès, nos échecs, tout comme nos difficultés et remous émotionnels.

En d’autres termes, s’accepter tel que l’on est, accepter ce qui est, faire avec ce que nous sommes, avec ce que nous avons, au moment où nous l’avons.

A chacun de trouver la thérapie qui lui convient le mieux et celle qui offrira les clés de la compréhension de soi, dans le lâcher prise et le respect de soi.

 

Alors en juin, “Foutez-vous la paix” et sortez des dogmes quels qu'ils soient. Transformez cette pression en volonté naturelle.

Le livre que j'ai aimé...

L’Euphorie perpétuelle, un essai sur le devoir de bonheur

Pascal Bruckner

L’essayiste, philosophe et romancier y parcourt  toutes les injonctions personnelles, culturelles, sociétales, à travers l’histoire, et appelle le devoir de bonheur “cette idéologie qui pousse à tout évaluer sous l’angle du plaisir et du désagrément, cette assignation à l’euphorie qui rejette dans l’opprobre ou le malaise ceux qui n’y souscrivent pas”

EUPHORIE.jpeg
bottom of page