top of page
Lionel.jpg

Lionel Aobdia
Bibliothérapeute

Son parcours, son expérience

Passionné de lecture depuis mon plus jeune âge j’ai décidé d’une reconversion professionnelle il y a une dizaine d’années. C’est alors que la bibliothérapie s’est présentée à moi par le plus grand des hasards. Timidement initié au départ j’en ai fait mon métier rapidement après de bien belles recherches et des expériences étonnantes. Et je suis également devenu formateur (dans toute la francophonie) dès 2016.

Aujourd’hui, je vous reçois toujours au quotidien (en distanciel comme en présentiel) pour des séances de bibliothérapie.

Mon évolution m’a permis de renouer également avec des outils subtils comme les lettres hébraïques. Cet alphabet (à l’origine de notre alphabet latin) comprend 22 lettres qui constituent notamment les 22 arcanes majeurs du tarot de Marseille.

 

Ainsi, l’énergie des lettres et la puissance des mots (leurs vibrations, leurs pouvoirs), alliées à mon intuition et ma médiumnité, forment la base de mon accompagnement.

Pourquoi consulter Lionel ?

Vous êtes en quête de compréhension ?

Des questions ont besoin d’être formulées ?

 

Je vous aide sur le chemin d’une profonde quête alchimique afin de transformer vos zones d’ombres en lumière, vos ignorances en connaissances.

Lors de la séance un titre de roman émerge, livre lumière qui comme une boussole vous accompagne sur le chemin de votre évolution.

Foutez-vous la paix !

Les risques et les excès du développement personnel

Travailler comme accompagnant dans le milieu du mieux-être implique très souvent d’accueillir des personnes habituées à reproduire des injonctions continuelles et, le plus souvent, contre-productives. En effet, combien de fois entend-on lors de la prise de contact des phrases telles que : « Je sais que je dois lâcher prise » ou « Ça fait 20 ans (ou X temps) que je travaille sur moi » ? Ces déclarations révèlent une dynamique complexe et souvent paradoxale dans le parcours de mieux-être. A tel point que j’ai souvent envie de couper avec un aussi tonitruant que taquin : « Mais foutez-vous la paix ! ».
Sacré paradoxe de vouloir stopper les injonctions en en proclamant une haut et fort  ;o)

La phrase « Je sais que je dois lâcher prise » symbolise de façon emblématique la pression interne que les individus peuvent se mettre dans leur quête de mieux-être. Lâcher prise devient une obligation, une tâche à accomplir, et perd ainsi son essence même. Cette injonction à lâcher prise se transforme en une nouvelle forme de contrainte, ce qui serait cocasse si les effets n’étaient pas si décevants. Lâcher prise devrait être synonyme de libération et de fluidité, mais lorsque ce concept est imposé comme une obligation, il devient un fardeau, un boulet à traîner sur un pseudo-chemin du bien-être et/ou de la spiritualité vendu par des gourous ou stars du marketing en ligne à la mode.
 

"Entendre quelqu'un dire « Ça fait 20 ans que je travaille sur moi » peut également être révélateur d'une quête sans fin. Il y a une pression implicite à continuer de se perfectionner, à se corriger, à devenir une version améliorée de soi-même. "

Entendre quelqu'un dire « Ça fait 20 ans que je travaille sur moi » peut également être révélateur d'une quête sans fin. Il y a une pression implicite à continuer de se perfectionner, à se corriger, à devenir une version améliorée de soi-même. Cette perspective, bien que motivée par le désir de croissance personnelle, peut en réalité maintenir les individus dans un cycle perpétuel de mécontentement et de lutte intérieure.Évoluant dans le milieu depuis plus de 10 ans, ayant participé à de nombreux salons j'ai remarqué très souvent une sorte de quête consistant à remplacer une dictature (de « l’ancien » donc) par une autre dictature paraissant bien évidemment plus accueillante. Les injonctions sociales et culturelles de réussir, de performer et de se conformer aux normes extérieures laissent place à des injonctions intérieures de bien-être, de paix intérieure et de réalisation de soi. Cette nouvelle dictature, bien que plus subtile, peut être tout aussi oppressante, passées les charmes de la découverte, pour de nombreuses personnes.

Formations

Le livre que j'ai aimé...

Cette dynamique est souvent favorisée par certains thérapeutes, coachs ou divers accompagnants avides de créer des dépendances tant financières qu’affectives. Certaines méthodes bien rodées concourent à favoriser le remplacement de contraintes par d’autres semblant pourtant être des solutions idéales, mais se révélant tout simplement des contraintes déguisées. Par exemple, l'idée de suivre un programme de développement personnel à long terme peut sembler bénéfique, mais peut également devenir une source de stress et d'obligation. Les personnes qui passent de méthodes en méthodes sont souvent enthousiasmées au début par le remplacement des pratiques, pour vient le temps du découragement et la motivation finit par s’éteindre d’elle-même.

Certaines pratiques dans le domaine du mieux-être sont spécialement conçues pour maintenir les individus dans un état de dépendance.

Par exemple, des programmes de coaching en plusieurs étapes ou des thérapies à long terme promettent des résultats spectaculaires, mais exigent un engagement constant (et parfois) coûteux. Les individus se sentent alors obligés de continuer, de peur de régresser ou de perdre les bénéfices supposés. L’élaboration de ces stratégies, packages commerciaux, reste bien évidemment très profitable aux marchands du temple version new-âge 2.0.


Les bonnes attitudes du développement personnel


Pour éviter ces pièges, il est crucial pour les accompagnants de promouvoir une approche du mieux-être qui encourage l'autonomie et la véritable liberté personnelle.
Cela commence donc par envisager sérieusement de se foutre la paix…
Pourquoi pas profiter tout simplement de son environnement immédiat ?
Se rendre ainsi dans les endroits qui sont parlants pour soi : que ce soit la nature ou l’énergie des bars nocturnes avec les amis ! Le calme de la campagne ou le brouhaha des villes selon nos préférences personnelles. La relaxation ou le cardio-training, la méditation ou le pôle-dance. A chacun son ou ses plaisirs réconfortants.
Bref cela signifie inviter les autres à développer leur propre discernement, à se reconnecter à leur intuition et à trouver des solutions qui leur conviennent réellement. Cela implique aussi de reconnaître les limites de l'accompagnement et de valoriser le parcours individuel unique de chaque personne.


 

 

 

 

 

 


 

 

Voilà pourquoi j’ai fait de la bibliothérapie mon outil principal d’accompagnement avec une spécificité assumée : la proposition quasi-exclusive de romans. En effet, la fiction, personnalisée à chaque consultation, permet à la personne d’évoluer au fil de ses lectures suggérées qui feront mouche petit à petit, quand ce sera le bon moment, au bon rythme. Vous l’avez compris je ne suis donc pas fan du livre (de développement personnel) de Fabrice Midal qui porte pourtant bien son titre : Foutez-vous la paix ! Mais bien avant sa sortie j’aimais déjà cette affirmation, véritable proclamation d’un concept que je vous propose donc d’expérimenter à l’issue d’une séance.

 

En lisant plutôt un roman, déterminé par notre rendez-vous, et qui vous accompagnera avec douceur ou pugnacité (c’est selon!). Un véritable premier pas sur le chemin de se faire du bien, sans promesses ni illusions, au gré d’une sincère rencontre avec soi-même.
 

Un aspect essentiel de ce travail est d'encourager l'auto-acceptation et de rompre avec l'idée de perfection. Accepter ses imperfections, ses échecs et ses vulnérabilités est

une étape cruciale vers une évolution certaine.

Un aspect essentiel de ce travail est d'encourager l'auto-acceptation et de rompre avec l'idée de perfection. Accepter ses imperfections, ses échecs et ses vulnérabilités est une étape cruciale vers une évolution certaine. Cela permet de sortir du cycle de la quête incessante de soi pour embrasser une approche plus douce et plus réaliste de la croissance personnelle. Ainsi foutons-nous la paix ! Travailler comme accompagnant dans le milieu du mieux-être demande une vigilance constante pour ne pas tomber dans le piège à la mode des nouvelles injonctions. Il s'agit plutôt d'encourager une véritable liberté intérieure et de favoriser un mieux-être qui ne soit pas une autre forme de contrainte.

En accompagnant les individus vers une auto-acceptation et une autonomie réelle, nous pouvons contribuer à une compréhension où le bien-être n'est pas une dictature, mais une sincère et unique voie vers davantage de liberté et d'épanouissement personnel. Et chaque accompagnement, tout comme chaque personne, est unique. Et se foutre la paix est un bon mantra.

Bibliothérapie

Des vents contraires, Olivier Adam

Magie des lettres hébraïques

La quête alchimique vous passionne ? Je vous propose de magnifiques réponses avec la magie de l'invention de l'alphabet (et les tout premiers outils de la kabbale). Les lettres hébraïques sont la source de nos lettres latines et permettent comme par magie de passer de l'ignorance à la connaissance, de l'ombre à la lumière, du néant à la matière.
En distanciel : 4 modules de 2h (soit 8 heures plus les exercices associés) en petit groupe interactif. Support pédagogique (livret PDF) fourni.

4 modules théroriques de 3h en visioconférence interactive (travaux pratiques à réaliser entre les modules).

Formation en tout petit groupe (6 apprenants maximum afin d'optimiser les apprentissages et les échanges).

 

Les 6, 13, 20 et 27 juin 2024

de 18h à 21h (heure de Paris)

Les drames de la vie et les magies de l'inattendu tourbillonnent Dans ce roman pouvant paraître anodin mais au souffle inspirant.

Coups du sorts, tragédies et acceptation du quotidien forment la trame d'un récit où l'écriture incisive et bienveillante d'Olivier Adam nous questionne sur nos propres vicissitudes.

Brillant et réconfortant, comme si un conte de fée de notre enfance rencontrait les turpitudes d'une société moderne bien triste...

Des-vents-contraires.jpg

19 & 26 juin et 3 et 10 juillet 2024

de 18h à 20h (heure de Paris)

bottom of page